Nourriture et poids du sac

Publié le par Le Blog des PIEDS ROUGES

Comment assurer quatre jours (trois bivouacs) d'autonomie en nourriture sans pour autant ni exploser le poids de son sac ni passer par la case lyophilisés ?
Déjà pour ces derniers et pour ceux qui n'y ont jamais goûtés je suggère d'essayer avant pendant deux ou trois jours. C'est pas que ce ne soit pas bon, c'est pratique, c'est léger, mais d'une part c'est hors de prix, les parts ne sont jamais bonnes (une t'as faim, deux c'est trop encore que...) et d'autre part ça peut occasionner quelques effets secondaires. Sinon on peut considérer qu'un sachet de 100g donnera environ quatre fois plus soit 400 kcal une fois reconstitué. Il existe souvent les mêmes dosés pour deux. Certes c'est léger mais ça ne concerne que le "frichti" du soir.
Justement si l'on considère l'alimentation globale pour trois jours et avec des méthodes plus traditionnelles il faut séparer les vivres de courses, pour la journée, et celles du bivouac.



Pour les premières en comptant le petit déjeuner c'est assez simple. Du pain, du beurre, un saucisson, du fromage, des fruits secs et des bonbons au miel, du thé ou du café. Le saucisson pour la journée c'est très pratique, très énergétique pour pas très lourd (en moyenne 450 kcal/100g) mais pour celles ou ceux qui ne mangeraient pas de porc il y a l'alternative du saucisson d'âne. Je le mentionne parce que j'ai eu l'occasion de faire découvrir les Pyrénées à un ami tunisien.
Maintenant au bivouac ! Comment ne pas manger tout les jours la même chose ? Pour cela j'ai trois ingrédients de base très faciles à utiliser en randonnée. Les pâtes chinoises, la semoule et la purée. Le tout est de bien préparer avant (sel, poivre, piment, ail...) et de mettre tout ça dans des ziplocs en mesurant le poids afin d'avoir des portions logiques.
Après bien sûr il faut agrémenter tout ça par des lipides. Certaines boites de conserve ne sont pas forcément la plus mauvaise des solutions. Le thon, le saumon, le jambon par exemple. Et puis il y a un truc génial, c'est le bœuf séché. On en trouve assez facilement dans les magasins bio. Tout ça permet déjà pas mal de combinaisons.

En fait rien de tout cela n'est révolutionnaire. Simplement ça permet de se préparer le soir un plat très correct pour moins de 400g transportés. Pour exemple, une boite de thon au naturel contenant 130g de poisson une fois égoutté pèse 230g (boites Leader Price qualité supérieur) En rajoutant 100g de pâtes ça en fait 330 dont seulement environ 70 de poids résiduel qu'il faudra porter jusqu'à la prochaine poubelle. Rien de bien méchant !
Personnellement j'emporte aussi un tube de concentré de tomate, un peu de sel et poivre mélangés d'avance, deux ou trois cubes de bouillon, des champignons séchés et une tête d'ail.
Voilà comment il est possible de faire sans dépasser 2500g (avec un pain de 500g) au départ d'une randonnée de quatre jours. Mais comment faire pour plus longtemps sans porter plus ?

Tout d'abord et c'est évident, se ravitailler en chemin. Encore faut-il que ce soit possible et être sûr de son coup. Mais un seul ravitaillement en quatre jours et ça en fait cinq.
Un autre truc parfois fort sympathique. Quand on bivouaque un peu à la sauvage dans des régions habitées c'est très souvent sur les terres d'une ferme. La moindre des choses étant de demander l'autorisation il est rare de ne pas pouvoir en profiter pour acheter quelques œufs. Et hop, un jour de plus, une omelette, et pas un gramme de plus à porter !
Encore une petite astuce afin d'économiser le poids d'un repas. Un jour j'étais parti pour le tour du Morvan. J'arrivais à Saulieu vers 14h et étais censé bivouaquer au bord d'un lac à environ 3h de marche. Je savais que le bivouac y était possible. Ce que je ne savais pas c'est que les feux y étaient aussi possibles sinon à la descente du train je serais allé acheter une superbe entrecôte (Charolaises oblige) qui aurait finit sur la braise avec vue sur le lac. Une façon agréable de gagner une journée de ravitaillement.
Pour se ravitailler lors de randonnées vraiment longues et dans des régions un peu désertées le système de la poste restante peut s'avérer utile. Encore faut-il qu'il existe encore des bureaux de poste et être sûr d'y être aux jours et heures d'ouverture. En fait c'est surtout intéressant pour se réapprovisionner en produits qu'il est impossible de se procurer en petites quantités.
En montagne, là où il n'y a plus de solution il reste le repas au refuge. C'est généralement pas mauvais du tout et puis c'est très convivial.
En conclusion, tout cela ne sont que des pistes qui correspondent à ma façon de faire mais c'est à chacun d'adapter à sa sauce.
Et puis ça n'interdit pas parfois un grain de folie. Bien que je sois très tatillon à propos du poids de mon sac, un jour je suis monté au lac d'Arratil depuis Cauterets soit environ 1000m de dénivelé avec un énorme bocal de coq au vin et deux bouteilles de Madiran. Je précise que nous étions deux !

Quelques préparations avant de partir. Quantité moyenne pour une personne.
-Les pâtes asiatiques : 100g de pâtes, quelques champignons séchés découpés en petits morceaux dans un sachet le tout dans un ziploc. Ne pas oublier arrivé au bivouac de faire tremper les champignons de préférence dans de l'eau pas trop froide. Cuire dans un bouillon de légumes par exemple. Excellent avec une boite de saumon.
-La purée rando : Mélanger 120g de purée en flocons, 30g de lait en poudre, une grosse petite cuillère de sel, de l'ail déshydraté, du poivre et de la noix de muscade. On peut aussi mettre un peu de piment doux. Mettre le mélange dans un ziploc. 50 cl d'eau bouillante sont très largement suffisants. Laisser sur feu doux environ 2 mn en incorporant un peu de beurre. Très bon avec le bœuf séché.
-Rien de particulier pour la semoule si ce n'est plutôt grain moyen ou gros. Sel, poivre, piment pourquoi pas et ziploc toujours. Pour la préparation au bivouac, faire bouillir l'eau avec des raisins secs et par exemple de l'abricot sec coupé en petit dés. Mouiller la semoule et rajouter un peu de beurre. C'est pas mal avec du thon préalablement passé à la poêle. Un petit filet de citron ne gâche rien mais encore faut-il en avoir sinon une petite sauce vite faite avec le concentré de tomate c'est pas mal aussi.

Bien évidemment, quand on peut se ravitailler, oublions les conserves. La purée ou la semoule avec des brochettes de bœuf ou les pâtes asiatiques avec des brochettes de porc c'est vraiment plus fun. Mais il faut pouvoir faire du feu.

Tout cela n'est pas de la haute cuisine gastronomique mais ça a au moins l'avantage de procurer 2500 kcal/j minimum, d'être facile à faire et de ne pas peser trop lourd. Et puis c'est meilleur que les lyophilisés et beaucoup moins cher.     


Louisdominic

Publié dans TECHNIQUES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chartier 09/06/2014 16:52

Merci pour ces infos très pratiques, je prépare une rando de 6 jours dans le Queyras et vais exploiter qq unes de ces idées !

Nath 28/03/2011 17:29


J'ai lu un article comme quoi le poids du sac à dos ne devait pas depasser 30% du poids de la personne, moi je privilegie les barres et gels pour les randonnées outre les repas dits normaux, j'en
prends à intervalle reguliers et aucune baisse de regime :p
Si je peux vous conseiller de bonnes barres et gels bios, allez sur http://www.biofamily.fr/SPORT.html elles sont pas tres chères ;)


louis 19/08/2010 00:09


Salut Thierry

N'hésites plus. Pour le beurre du moment où tu le mets dans du papier aluminium, le tout dans un tuperware, sans dire qu'il sera comme sorti du frigo, il sera consommable, et puis du beurre en
randonnée c'est bien. Pour le fromage idem, aucun soucis. Pour le truc rouge un peu liquide qui fait bien avec il est préférable de faire un transfert. Les bouteilles de Contrex 1,5L sont biens
pour ça. Solides et moins de cinquante grammes. Accessoirement on peut même boire de l'eau minérale !

Plus sérieusement, on peut transporter du fromage dans un sac à dos, tout dépend du fromage. En évitant les petits suisses ou le caprice de dieu ça doit passé. Essayes avec du Beaufort ou un machin
dans le même genre et je te jure que même après une semaine même dans le sac à dos il sera comestible. Avec une chtite bouteille de Mondeuse, c'est bon.

Par contre on ne doit pas se prendre la tête au sujet de la qualité. Je ne pense pas. Grand amateur de thé après la Mondeuse, le Laudun et le Madiran force est de constater qu'il ne sert à rien
d'envisager déguster un grand cru de Darjeeling au bivouac quand un simple vert de Chine le fait tout aussi bien. La randonnée c'est la qualité, pas la quantité, et le beurre et le fromage, c'est
bon ! Avec du Laudun…

C'est comme le reste, moins y'en a mieux on porte !


Thierry 15/08/2010 20:17


Intéressant, j'ai toujours hésité à apporter du fromage. Même question pour le beurre. Il est encore comestible après 3 jours au fond du sac en plein été?


Louisdominic 08/08/2009 05:40

Quelqu'un a récemment écrit en étant surpris que je puisse transporter du fromage dans mon sac et se posait la question de savoir si je n'utilisais pas un Thermos. Il semblait avoir eu des soucis en transportant du fromage.
Je le rassure, il n'y aura jamais de Thermos dans mon sac ! En fait c'est peut-être le type de fromage qui peut poser problèmes. Pour ma part c'est très simple, quand j'allais en Haute Savoie c'était principalement du Beaufort. Dans les Pyrénées ce ne sont pas les tommes qui manquent, il y en a de vraiment excellentes dans la région de Cauteret. La seule précaution que je prend est de l'emballer dans du papier aluminium et je range ça dans un tuperwar tout ce qu'il y a de plus classique. La même d'ailleurs pour le saucisson. Jamais eu le moindre soucis et je fais de la randonnée uniquement en période chaude.

Toujours au chapitre nourriture, nous avons découvert le magret de canard séché. Deux repas à deux avec un qui devait faire environ 300g. C'est très nourrissant, l'apport en calories doit être intéressant et ce qui ne gâche rien : c'est excellent. Là c'était à la maison mais la prochaine fois ça part dans le sac à dos.

Certains visiteurs, lecteurs, ont très certainement des trucs, des astuces, des recettes concernant l'alimentation en randonnée alors qu'ils n'hésitent pas à participer même si ce ne sont que des pistes. De toute façon en randonnée on est toujours sur la piste !

Louis