Utiliser un GPS

Publié le par Le Blog des PIEDS ROUGES

Les Pieds Rouges ne s'en servent pas, mais vous souhaitez peut-être avoir des infos sur les GPS. Alors voici ce qui nous semble nécessaire pour comprendre ce qu’est un GPS, ce qu’on peut en faire, à quoi ça sert et si on peut en avoir une utilité. Nous ne traiterons ici que des GPS portables, pas des appareils de routage automobile. Nous essayerons de voir les différents modèles disponibles et dans quelles fourchettes de prix, leurs fonctions principales ainsi que l’usage que l’on peut en faire en déplacement pédestre.


1- Les types de GPS, deux grandes catégories :

- Les GPS sans cartographie. Les prix vont de 150 Euros pour les plus simples (Garmin Etrex ou Geko, Magellan eXplorist 100) à 250 Euros pour les plus évolués avec compas électronique et altimètre (Etrex Summit).

- Les GPS avec cartographie. Les prix vont de 200 à 600 Euros.


2- Les fonctions principales :


- Fonction Tripmaster : connaître à tout moment : distance parcourue, temps de marche, temps de repos, moyenne horaire, altitude.
Pour quoi faire ? Utile si on veut faire un topo pour des amis ou pour mettre sur un site. Utile aussi si on mémorise toutes ses randos (faut penser aux longues veillées d’hiver quand l’age sera venu)

- Fonction de positionnement : affichage des coordonnées en latitude, longitude ce qui permet de se positionner avec une précision de 10 à 30 mètres sur une carte IGN. Pour quoi faire ? Si l’on a un doute sur sa position (ou si l’on est complètement perdu). Utile aussi, en cas d’accident, pour guider les secours et leur éviter de perdre des heures en recherches.

- Fonction Waypoint (WP): mise en mémoire d’un point particulier. Deux possibilités : soit marquer et mémoriser un point sur lequel on se trouve. Soit mémoriser un point en entrant ses coordonnées d’après une carte ou une référence trouvée sur un site. Pour retrouver ce point on utilise la fonction GOTO qui donne la distance et la direction du WP.
Pour quoi faire ? Utile pour marquer un point à retrouver (la voiture, LE coin à champignons du siècle) ou bien pour programmer un point particulier du parcours (l’embranchement à ne surtout pas rater, la cabane invisible du chemin).

- Fonction route : préparer sa rando en créant une route faite d’une succession de WP. Là aussi deux possibilités : entrer ses WP manuellement puis les insérer dans l’ordre de la route (très fastidieux) soit créer sa route sur un logiciel de carto (30 Euros par ½ département Français !) et transférer tout ça en reliant le GPS au PC via le câble ad hoc (40 Euros). Pour quoi faire ? Préparer sa rando sur tout le parcours en étant certain de ne pas se tromper. Très utile si l’on est juste au point de vue temps ou bien si l’on emmène des gens et qu’on ne veut pas leur faire courir de risques. Par contre ça enlève tout le charme de la découverte et de l’impro.

- Fonction Trace : pendant toute la rando le GPS mémorise le tracé suivi, là encore deux possibilités : soit on effectue un aller-retour et on peut inverser le tracé pour retrouver son chemin, soit on fait une boucle et le tracé peut resservir à quelqu’un d’autre ou bien être transféré et mémorisé sur PC.
Pour quoi faire ? Retrouver son chemin en cas de très mauvais temps ou bien en faire une route pour quelqu’un d’autre.

 
3- Où mettre un GPS ?

- Si l’on ne s’en sert qu’occasionnellement : dans la poche ou dans le sac mais dans ce cas pas de route, ni trace, ni tripmaster.
- Si l’on veut utiliser toutes les fonctions  :  le mieux est de l’accrocher sur l’épaule, à la boucle de la sangle de rappel de charge de la bretelle du sac avec un mini mousqueton ou système similaire.


4- Poids, taille, consommation :

Plus ou moins la taille d’un téléphone portable, à peine plus lourd (150 gr env. avec les piles) et ça consomme un jeu de piles neuves tous les deux jours ou un jeu de piles rechargeables tous les jours.


Rubrique réalisée par Phil, Merci à lui !

Publié dans TECHNIQUES

Commenter cet article