Choisir un lieu pour camper en montagne

Publié le par Le Blog des PIEDS ROUGES

Voici quelques conseils importants pour le confort et la sécurité d’un campement en montagne. Ils sont inspirés du bon sens et surtout de notre  expérience.

D’abord, il y a une part subjective importante dans le choix du campement qu’il faut accepter et prendre en considération : c’est le sentiment de se trouver bien  (ou non) à un endroit donné. Concernant le lieu de campement, pourquoi ne pas commencer à y penser déjà lors de la préparation de la randonnée, en utilisant votre carte topographique bien au chaud chez vous, sans pour autant ne pas se réserver une certaine souplesse. Nous trouvons d’ailleurs souvent sur place des lieux bien plus sympathiques que ceux imaginés sur carte au préalable.

N’attendez pas la fin de journée (tombée de la nuit) pour choisir votre lieu de campement. Vous risqueriez de dormir à quelques kilomètres de l’endroit rêvé en passant à côté. En pratique, nous calculons l’heure limite que nous nous donnons pour avoir trouvé un campement qui nous plait. Il s’agit de prendre en compte : l’heure du coucher du soleil, le temps pour chercher le bois, monter les tentes et faire le feu. Difficile en effet de bien se fournir en bois en pleine nuit ; sans compter les risques de chutes que cela entraîne… C’est la même chose pour monter la tente : ce n’est jamais facile de nuit avec la fatigue de la marche, la neige, le froid… Nous nous obligeons en général à trouver le lieu du campement une heure avant la tombé de la nuit. Dès que nous sommes décidés, nous posons nos sacs et vérifions toujours qu’il n’y a pas mieux dans le périmètre. Ceci est possible grâce à l’énergie que nous conservons en fin de journée pour le faire. Généralement nous aimons avoir un bel horizon devant notre campement, c’est une très agréable sensation le matin de voir le soleil se lever sur les montagnes et forêts environnantes.

Conseils pratiques :

- Trouver un sol plat ou que très légèrement incliné, ceci pour le confort de votre dos. C’est évident nous direz-vous, mais le plat est relatif, des mottes de terres peuvent gêner tout autant que des cailloux. C’est très désagréable pour le plexus (ceux qui dorment sur le ventre peuvent en témoigner !)

- Eviter les pentes, et les cuvettes qui peuvent devenir très désagréables en cas de pluie : ruissellements, amoncellement d’eau, voir inondation. Repérer les zones humides (joncs, sols spongieux…) et bannissez les. L’emplacement doit être sec.

- Eviter les pierriers ou la proximité de cône d’éboulement…couloirs d'avalanches en hiver!!!

- Se mettre au maximum à l’abri du vent (derrière une haute haie ou une forets dense),  pour pouvoir se protéger du froid, faire du feu sans être enfumé, ne pas avoir à courir après ce qui s’envole, ne pas se faire peur avec une grosse branche qui tombe a proximité de votre tente.…

- Eviter de camper sur les chemins et sentiers, même ceux qui semblent les plus perdus et non  fréquentés.  Selon la situation, il peut surgir une moto, une auto 4/4, un cheval… Il y a quelques années, nous avons eu le plaisir à la veillée de voir sortir de nulle part dans la nuit, un attelage de chiens de traîneau passant sur l’emplacement que nous avions failli choisir quelques heures  auparavant. Le campement doit aussi être hors de vu des sentiers pour éviter que des marcheurs matinaux ne puissent vous repérer.

- Eviter bien sûr de planter votre tente sous un arbre isolé lorsqu’il y a risque d’orage!!!

- Pensez au bois qui est nécessaire pour le feu; il vous faut des brindilles et des branches cassées ou mortes. Sur un parcours de randonnée, cette information est très importante. Vous pouvez par exemple vous aventurer dans une zone « désertique » où vous n’avez d’autre choix que de faire demi tour ou renoncer au feu de camp qui vient récompenser une bonne journée de marche !

Michel

Publié dans RANDO POUR LES NULS

Commenter cet article

Eric 24/05/2012 12:27

Salut,

Merci pour ton commentaire :
- les animaux : nous nous sommes fait voler deux sacs de nourriture par un renard une nuit. Résultat, depuis nous mettons la nourriture dans les sacs à dos fermés ou sous la tente. Sinon, nous
n'avons jamais rencontré de soucis depuis presque 20 ans, mais beaucoups de cris la nuit parfois (ça peut faire peur ;))
- En cas de temps orageux, éviter les zones ou le campement est sur un point dominant du paysage, en cas de fortes pluies, éviter les zones encaissées innondables (c'est con, mais parfois on peut
avoir de très mauvaises surprises).
- On évite d'être exposé au vent (zones assez abritées, donc éviter un campement sur un Col).
Voilà et puis ttes les idées du blog !!

A+

Eric

Padawan 24/05/2012 12:09

Bonjour à tous et tout d’abord bravo pour votre blog!!

J'avais une question peut être idiote mais qui me titille sur le "Où et comment installer son bivouac"

Les animaux?

En effet, manquant d’expérience et n'ayant même jamais dormis sous tente en dehors d'un camping... Je ne connais pas trop les risques.

Vaches, biches, serpents, ours, sangliers, extra-terrestres... ?

Y a t'il des lieux à éviter pour dormir en montagne ou même ailleurs, des choses à faire où à ne pas faire?

Merci d'avance pour vos réponses et bonne continuation!