Faire un feu de camp sur la neige

Publié le par Le Blog des PIEDS ROUGES

Voici notre manière de pratiquer qui n'est sans doute ni la meilleure, ni la pire ! En tout cas, nous l'utilisons et ça marche maintenant à coup sûr. Ceci, même quand Fabien tente par tous les moyens de nous décourager... Nous ne nous intéressons pas aux techniques du genre frotter des silex ou des morceaux de bois. Ces techniques ont un côté ludique, mais nous préférons utiliser un allumage classique, nous ne sommes plus à l'âge de pierre après tout.


- A prendre avant le départ en randonnée :

Nous mettons dans nos sacs à dos des morceaux d'une cagette et du papier journal dans un sac plastique. Si nous en avons à disposition, des buchettes très sèches (juste 2 ou 3). Sous la pluie, tout ceci est un confort pour allumer un feu car nous verrons plus tard que ce n'est pas indispensable. En effet, même après 2 semaines de pluie, on trouve du bois sec. Par contre sur la neige, ça se corse... Nous prenons bien sûr DES briquets (un chacun en général) et surtout quelques morceaux d'allumes barbecue (alcool solide). Avant ,nous utilisions une grosse bougie pour éviter de nous bruler les doigts en tenant le briquet, mais avec le vent et l'humidité créée par le dégèle c'était parfois compliqué et plus long.


- Arrivé sur le campement :

1. C'est bête, mais déjà il faut avoir prévu de camper dans un lieu ou il y a du bois... Nous ne prenons que le bois mort sur les arbres et ne coupons jamais d'arbres verts. Question de principe ! Puisqu'il y a de la neige, il ne faut pas compter ramasser du bois sur le sol. Il est rare de ne pas tomber sur une forêt mal entretenue, où des branches mortes pendent aux arbres. Parfois, ce sont des buissons ou arbustes morts qui nous tendent les bras.

2. Nous rassemblons le bois ramassé très près de la zone où le feu sera allumé. Ainsi, lorsque le feu partira (croisons les doigts), les branches commenceront à sècher.

3. Nous tassons la neige fermement avec les raquettes sur l'emplacement réservé au feu.

4. Nous partons à la recherche de quelque chose qui pourrait faire office de "porte feu". Si des ruines sont à proximité, cela peut être des morceaux de fer, un ancien panneau de signalisation, un grille, des pierres assez plates, une planche... Si l'on ne trouve rien, nous disposons des gros morceaux de bois rammasés côte à côte sur la neige. C'est là dessus que nous ferons le feu. Seul problème : lorsque le feu commence à bruler sérieux, le "porte feu" flambe aussi. On est donc obligé, régulièrement de remettre du bois SOUS le feu. Sinon, le feu s'enfonce dans la neige et va s'éteindre petit à petit... Sauf s'il n'y a que 60 à 70 cm de neige, car ce sera le sol qui reprendra son rôle de "porte feu".

5. Mettre le papier journal sur le "porte feu", la cagette, les trois buchettes et des brindilles et petits morceaux de bois ramassés. Nous allumons l'alcool solidifié (plusieurs morceaux) et le disposons sous le journal en prenant garde à ce que  l'air passe au milieu. On peut prendre une branche pour soulever un peu le journal afin d'aérer l'ensemble. Nous gardons toujours du journal, de la cagette et de l'alcool si la première tentative échoue. Il faut régulièrement et doucement alimenter le feu en bois, en s'assurant que les premières branches au dessus du feu ont commencé à bruler. L'aération de l'ensemble est très importante, c'est pourquoi, dès le début on forme une sorte de Tipi avec le bois. Une fois le feu en pleine santé, on peut allègrement y mettre de gros morceaux afin d'enfin se réchauffer.

6. On ouvre une bonne bouteille (souvent du blanc) pour l'apéritif tout en sortant les chips !

7. On s'approche du feu jusqu'à se plaindre qu'il est trop fort et que ça brûle... !!

Publié dans TECHNIQUES

Commenter cet article